Pour qu'elle revienne Cynthia Kafka

Résumé

Alors qu’elle somnole devant un reportage sur les petits villages de Corse, Margaux vacille. Elle est persuadée d’avoir reconnu le regard de sa mère, qu’elle n’a pas vue depuis 15 ans, et pour cause : celle-ci a, du jour au lendemain, disparu de sa vie, les abandonnant, son père, sa soeur et elle. A quelques jours de la date anniversaire de sa disparition, c’est un vrai choc pour Margaux. D’abord totalement fermée à l’idée de partir en Corse à sa recherche, elle finit par se laisser convaincre par son meilleur ami Timothée qui a déjà acheté leurs billets d’avion. La jeune femme espère comprendre la décision de sa mère mais au cours de ce voyage, de nombreuses questions ressurgissent, dont la plus importante ? : si elle retrouvait sa mère, que lui dirait-elle ?

La lauréate du Prix des lectrices Charleston 2024

Cynthia Kafka a gagné le Prix des Lectrices Charleston 2024 cette semaine avec Le sourire aux livres. Le timing est donc parfait pour vous parler de Pour qu’elle revienne, le nouveau texte de l’autrice ! Le bandeau sur la jaquette nous le présente comme le roman de notre été, et je comprends ce slogan accrocheur. En effet, il est court et permet de voyager. Direction la Corse ! Je me suis plongée dans ce road-trip la tête la première tant j’avais besoin de soleil. Mais il faut dire que mon avis est biaisé, puisqu’il m’a fallu 2 semaines pour lire ces 230 pages. Manque de temps, fin de panne de lecture, les conditions n’étaient pas bonnes malheureusement. J’ai lu la deuxième moitié quasiment d’une traite, et en 2 pages de reprises, j’en avais deviné le dénouement, ce qui fait que ce n’est pas un coup de coeur. Je m’attendais à plus de surprise. Cela dit, j’ai passé un bon moment quand même ! 

"Tout prévoir ne garantit pas qu'on longe un chemin tracé."

Une thématique originale

Au delà du voyage vers l’île de beauté qui m’a charmé, j’ai apprécié Tim. Il est le rayon de soleil de l’histoire, et j’ai apprécié son engouement pour cette recherche de personne disparue. En effet, l’idée de base du roman est plutôt sombre : Nathalie quitte sa famille du jour au lendemain. La thématique des disparitions volontaires n’avait jamais croisé mon chemin, je l’ai donc trouvé intéressante ! Et forcément, comme nous partageons le point de vue de Margaux, j’ai eu mal au coeur pour elle. Quelle vie, entre parenthèse, a espérer. Pour qu’elle revienne. 

Trop court pour moi, parfait pour d'autres !

Mais Cynthia Kafka entrecoupe le récit avec des bribes de pensées de Nathalie, et j’ai aimé cette façon d’aborder la problématique maternelle. C’est, par contre, à ce niveau là que j’ai un petit reproche à faire : c’était trop court. J’aurai voulu encore plus de  profondeur et d’analyse. Mais je suis bon publique pour les romans entre 300 et 450 pages, alors je m’y attendais un peu. 70 pages de manque par goût personnel ! Cela dit, pour rebondir sur « Le roman de votre été », je pense que ce bandeau reste mérité. En effet, il plaira sans aucun doute aux lectrices qui n’ont pas trop de temps, qui ont envie de voyager et de déconnecter sans trop aller creuser non plus. Si c’est votre cas, n’hésitez pas ! 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *