Code 93 devant l'hôtel de ville de Reims

Résumé

Coste est capitaine de police au groupe crime du SDPJ 93. Depuis quinze ans, il a choisi de travailler en banlieue et de naviguer au cœur de la violence banalisée et des crimes gratuits.

Une série de découvertes étranges – un mort qui ouvre les yeux à la morgue, un toxico qui périt par autocombustion – l’incite à penser que son enquête, cette fois-ci, va dépasser le cadre des affaires habituelles du 9-3.

Et les lettres anonymes qui lui sont adressées personnellement vont le guider vers des sphères autrement plus dangereuses…

Écrit par un lieutenant de police, 93 Code zéro se singularise par une authenticité qui doit tout à l’expérience de son auteur ; cette plongée dans un monde où se côtoient aménagement urbain et manipulations criminelles au sein des milieux politiques et financiers nous laisse médusés.

Ma note

5/5

Un cadeau coup de coeur

Lorsque ma copine Juliette loves books est venue me voir en décembre, nous avons évidemment flâné à la librairie Kleber. Et lorsque je lui ai avoué n’avoir jamais lu Norek, l’autrice de Vis ma vie de flic a pris Code 93 et l’a ajouté à sa pile. Quasiment outrée. Et elle me l’a évidemment acheté, en me faisait promettre de le débuter le 11 janvier, date à laquelle commence le récit. Ce que j’ai fais, et wow ! Merci ma Juliette pour ce cadeau ! Je peux déjà dire que je suis prête à m’engager dans le défi de terminer la saga cette année. 2 tomes en été et un à Halloween et le tour est joué ! Parce qu’il faut se rendre à l’évidence : quel coup de cœur pour Victor Coste et son équipe !

"Qui fait des compromis se compromet, non ?"

Une équipe de choc dans un environnement violent

Ce polar est pourtant particulièrement sanglant. Voir gore ! Et ce n’est pas ce que j’ai l’habitude d’apprécier. Clairement, l’estomac doit être bien accroché. Mais l’humour vient, en premier, contre-balancer le dégoût. Le cynisme de Sam et de Ronan m’a eu. Johanna a fini de m’achever par sa répartie. Pourtant, on nage dans tout ce qu’il y a de plus sombre en pleine banlieue parisienne : corruption, meurtres, viols, drogues, Norek ne nous épargne rien. Puisque tout est lié. Là où il y a de l’argent, il y a des hommes… comme toujours. J’ai été complètement prise dans cette enquête ni trop lente, ni trop dynamique. 340 pages a suivre différents personnages et vouloir tout comprendre. Avec tout qui se tient à la clé.

Vivement la suite !

En me l’offrant, Juliette a eu un argumentaire de taille : Norek a lui-même été flic dans le 93. Il sait de quoi il parle. Et c’est totalement crédible ! J’ai compris tous les enjeux, et j’ai même un peu compris la personne coupable… Glauque ! Ma plus plus grande surprise a été de tant m’attacher à l’équipe, par contre. Au point d’être un peu émue à la fin ! En fiction policière, je ne sais pas quand ça m’était arrivé pour la dernière fois. Alors, je peux dire que j’ai hâte d’être à cet été pour lire la suite. En effet, Territoires débute en juin, je me lancerai donc à ce moment-là ! Merci encore ma Juliette !

Sur la blogosphère

Les avis sur le même roman ailleurs : 

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *